Sainte Hildegarde - naturopathe et visionnaire

Hildegarde de Bingen était une abbesse bénédictine germanique. Visionnaire depuis son enfance, sainte Hildegarde a obéi à une voix venue du ciel lui disant : « Écris ce que tu vois et ce que tu entends ». Elle sera ainsi l’auteur d’ouvrages célèbres directement inspirés par ses visions à propos des plantes médicinales et de la nature.



Selon elle : le corps, l’esprit, l’âme et l’environnement sont les quatre piliers de la santé et sont intimement liés les uns aux autres. Ainsi, notre alimentation a des conséquences directes sur nos émotions. Selon la théorie des 4 humeurs répandue à cette époque, la tristesse et la colère sont les causes de nombreuses maladies. « Lorsque l’âme de l’homme a senti quelque chose de nocif pour elle ou pour son corps, le cœur, le foie et les vaisseaux sanguins se contractent. Il s’élève comme un nuage qui assombrit le cœur, de sorte que l’homme devient triste », peut-on lire dans son ouvrage « les causes et les remèdes »).


Pour remédier à cela, elle nous invite à consommer certains aliments source de joie. Elle précise que sont source de joie ceux qui revitalisent et aident à garder une bonne santé tant sur le plan physique, psychique et spirituel. Et ces aliments dont elle parle sont ceux que la naturopathie actuelle recommande elle aussi car ils rééquilibrent notre organisme acidifié par l’alimentation industrielle, la pollution et le stress. Mais quels sont ces aliments et que nous apportent-ils plus précisément ?


Le fenouil : un bon remède à tout !


Il permet de libérer l’acidité du corps et de délier toutes les douleurs articulaires et les maladies comme l’arthrite, la tendinite, les colites… Le fenouil donne également au corps une bonne odeur et facilite la digestion. Riche en vitamines A, B, C, E et en fibres, il s’avère parfait pour garder la ligne et agit contre les ballonnements et douleurs d’estomac. Le fenouil permet aussi de stimuler la production de lait maternel.


La châtaigne : l’alliée des sportifs


Saviez-vous qu’il n’y a rien de meilleur que les châtaignes avant un effort ? En effet, sa richesse minérale s’avère intéressante pour les sportifs : on y trouve des apports élevés en potassium, fer et magnésium. La châtaigne est aussi source d’énergie puisqu’elle est riche en vitamines et oligo-éléments. Et elle permet d’éviter les pics de glycémie, c’est-à-dire l’élévation brutale du taux de sucre dans le sang car elle contient une forte teneur en amidon qu’on digère de façon très lente


L’épeautre : la reine des céréales


Il faut savoir que l’épeautre contient 12 fois plus de magnésium que le blé et 5 fois plus de phosphore que le soja ! Il possède également une quantité importante de tryptophanes, acides aminés précurseurs de la sérotonine, l’hormone du bonheur.

L’épeautre contient également une part importante des thiocyanates que l’on trouve aussi dans le lait maternel. Ils permettent de stimuler les défenses immunitaires, la formation des globules sanguins, la croissance cellulaire et la formation des cellules souches. Grâce aux thiocyanates, les membranes sont renforcées, ce qui empêche les substances cancérigènes de pénétrer dans notre corps et ainsi d’agir tel qu’un protecteur du cancer !

L’épeautre est très riche en protéines et en glucides, c’est donc lui aussi un excellent aliment de l’effort. Son fort taux de magnésium en fait un aliment anti-stress.


Le clou de girofle : un anti-inflammatoire naturel


On peut l’utiliser comme un anti-inflammatoire, puisqu’il soigne les douleurs rhumatismales, les maux de dents grâce à ses propriétés antiseptiques, anesthésiques et anti-inflammatoires. Le clou de girofle est parmi toutes les épices et herbes celui qui a le niveau le plus élevé d’antioxydants.

Voici ce qu’Hildegarde de Bingen a écrit à propos du clou de girofle : « Celui qui a mal à la tête au point que sa tête est lourde, comme s’il était devenu sourd, qu’il mange souvent des clous de girofle et l’oppression de sa tête diminuera… Les viscères inférieurs (intestins), chez un malade, commencent parfois à enfler, lorsqu’il souffre d’inflammations gastro-intestinales, et il arrive souvent que ce gonflement dégénère en hydropisie. Quand l’hydropisie commence à gagner quelqu’un et devient perceptible, qu’il mange souvent des clous de girofle et ceux-ci feront disparaître la cause de la maladie ; car les forces curatives de la girofle passent dans les intestins, font diminuer l’enflure et font disparaître ainsi l’hydropisie ».


Recette : Les biscuits de la joie !


Ingrédients pour une trentaine de biscuits : – 90 g de beurre – 70